La Légende Atlante bientôt disponible !

À paraître prochainement aux Éditions Dédicaces : « La Légende Atlante ».

Qu’est-ce qui ne tourne pas rond sur Terra Nova ? Telle est la question que pourrait se poser Malok qui, en guise de cadeau de bienvenue, découvre que sa sœur Andalys a été bannie de Florissar, qu’une guerre menace la paix à cause d’un conflit entre les Hommes et les Furis et que son père le pousse à devenir empereur malgré son choix de renoncer au trône. Quant aux Mages, ils refusent toujours de croire en l’existence des Atlantes, même avec la découverte récente d’une cité abandonnée.

Malok part sur les routes avec Marvalat pour prouver l’existence passée de cette civilisation. L’Ordre des Sages envoie avec eux un de leur membre faisant partie des sceptiques qu’ils devront convaincre. Mais des forces agissent dans l’ombre, qui se mettent en travers de leur route et assombrissent l’avenir de Terra Nova…

Le cycle de Fantasy « Les Maîtres du Destin » regroupe le premier roman de l’auteur « L’Épée d’Alknohr » et sa suite « La Légende Atlante ».

La légende atlante

Une critique littéraire de Nine Hank : L’épée d’Alknohr, par Dimitri Chiabaut – Un livre qui peut mieux faire

La première critique de mon roman !

Blogue officiel des Éditions Dédicaces

Le jeune auteur Français, Dimitri Chiabaut, a obtenu une critique littéraire sur le site internet de Nine Hank, pour son tout premier roman intitulé « L’épée d’Alknohr« , publié aux Éditions Dédicaces. L’Épée d’Alknohr, objet oublié depuis des siècles dont les Dragans pensaient qu’elle reposait avec le corps de son propriétaire, semble vouloir resurgir du passé. Entre légende et réalité, Malok le descendant du premier Empereur part sur les routes avec son maître Marvalat, un Mage très puissant qui a connu son ancêtre, à la recherche de la vérité… Voici ce qu’écrit Nine Hank de ce livre :

Lorsque j’ai commencé à lire L’épée D’Alknohr, j’ai détesté Malok, le personnage principal. Petit prince hypocondriaque, il est au premier abord relativement détestable, ce qui pousse à apprécier d’avantage sa sœur. Cependant, au fil des pages (et de la croissance de Malok), on s’attache à ce Dragan un peu…

View original post 339 mots de plus

L’Épée d’Alknohr, la critique de Nettle pour le blog de Nine Hank

Avant toute chose, je tiens à préciser que mon silence de ces dernières semaines sur le blog et sur la page facebook, n’ont pas freiné la bonne marche d’écriture du prochain roman. Soyez rassurés, le livre continue d’être en bonne voie pour paraître cette année. Revenons-en maintenant à la première critique de mon ouvrage.

Tout d’abord, je tiens à remercier Nettle et le blog Nine & Hank pour la critique littéraire de mon premier livre. Je dois avouer que j’en craignais le résultat, sachant les faiblesses de mon roman sur la forme et je suis content d’avoir obtenu trois étoiles. Cela me laisse une grosse marge de progression à l’avenir, sans avoir la pression de faire au moins aussi bien. Cette critique constructive me permettra d’améliorer les faiblesses qui en ressortent mais avant d’en dire davantage, je vous invite à la lire : Nine & Hank : critique de L’Épée d’Alknohr

Pour ce livre, je me suis attaché surtout au contenu, préférant privilégier l’univers, l’histoire et les personnages, plus que le style. Je pensais que cela suffirait amplement à ce que le lecteur suive, surtout que jusqu’à ce que les Éditions Dédicaces acceptent de m’éditer, peu de gens avaient lu mon ouvrage. Depuis, une petite parcelle de confiance et l’envie de faire mieux motive ma plume et je sais en partie maintenant quels sont les points forts et les points faibles dans mon récit. Je fonctionne de la même façon qu’à l’époque où je réalisais de petits courts métrages, je prenais en compte les erreurs et comprenais comment les éviter de nouveau. Mais n’allez pas imaginer que je dénigre mon premier roman, bien au contraire puisque concernant l’histoire, je la trouve satisfaisante, l’ayant modifié plusieurs fois pour obtenir cette version qui me convienne.

J’espère qu’à l’avenir, j’obtiendrais d’autres critiques que je relayerais par l’intermédiaire du blog et de la page facebook. Prochainement, je donnerai quelques informations concernant mon prochain livre dont certains personnages secondaires de L’Épée d’Alknohr auront un rôle plus important dans le ou les deux suivants. En attendant, le prochain article devrait se consacrer sur l’univers du premier livre.

Les premières pages de L’Épée d’Alknohr

L’année 2014 vient de se terminer mais 2015 verra la suite de « L’Épée d’Alknohr » qui est en bonne voie au niveau de l’écriture. Dans les mois qui viennent, j’en dirai/écrirai plus à ce sujet. En attendant, pour fêter cette nouvelle année, je mets en ligne le début de mon premier roman.

Le dernier extrait du livre ayant été supprimé, ci-dessous vous trouverez le prologue et le premier chapitre du livre où l’on découvre un Malok enfant avant qu’il ne devienne adulte plus tard dans le récit. Pour ceux qui n’ont pas lu le livre, j’espère que cet extrait vous donnera l’envie d’en découvrir davantage.

Bonne lecture pour ceux qui vont lire ce qui suit ! Et bonne année à tous, faite de belles lectures, de belles rencontres, de belles inspirations et de tout un tas d’autres choses ! Que l’imaginaire vous sorte de votre quotidien et vous permette de vous évader !

—–

PROLOGUE

– Sire, il faut partir.

Un Dragan âgé d’une cinquantaine d’années ouvrit les yeux. Il était étendu sur le sol d’une caverne lugubre. Son visage était creusé par la fatigue. Ses cheveux bruns, bien que coupés courts, semblaient ne pas avoir été lavés depuis longtemps. L’individu portait des vêtements en lambeaux. Le tissu blanc, jauni par l’effort et le temps, n’était plus que le reflet d’une époque révolue.

L’autre Dragan, agenouillé à côté de lui, avait des cheveux grisonnants. Sa tenue avait subi également les aléas du temps. Il portait une ceinture avec une épée accrochée à la taille. Une cicatrice déformait son beau visage. Elle allait de sa paupière droite à son nez. L’œil de ce côté était toujours fermé. Sa courte barbe blanche lui rajoutait du charisme. Il paraissait plus âgé que la personne qu’il servait. Il se releva.

Le Dragan se mit debout sans trop de difficulté puis suivit son serviteur vers l’extérieur. Le soleil déclinait de l’autre côté des montagnes. Le ciel rougeoyant donnait un aspect sinistre à la vallée désertique où tout semblait mort. Les arbres étaient calcinés, il n’y avait aucune trace de verdure. Les deux Dragans descendirent la petite colline où se trouvait leur grotte pour arriver dans une plaine funeste. Des ruines étaient éparpillées un peu partout. Ce n’était pas une cité, vu le développement anarchique et isolé de chaque habitation. Autrefois, elles devaient être des fermes isolées, séparées par des arbres. Aujourd’hui, il ne restait que des troncs calcinés pour la plupart.

Ils s’immobilisèrent devant un petit amas de pierres. Un peu plus loin, une stèle était brisée en deux. Le seigneur dragan avait des larmes aux yeux. Il s’avança jusqu’au premier morceau, sur lequel un nom était écrit. Le serviteur baissa la tête en signe de respect tandis que l’autre individu s’agenouillait. Il passa sa main sur l’inscription et les lettres se mirent à scintiller. Les mots Andalys Princesse d’Efira brillèrent de mille feux pendant quelques secondes.

Le Dragan se releva et il s’éloigna de la tombe. Ils marchèrent longtemps avec son compagnon. Les paysages défilaient un à un sans qu’aucun d’eux ne soit inquiété par ce phénomène. Ils avançaient inlassablement jusqu’à un lac qu’ils traversèrent sur une petite embarcation qui progressait sur l’étendue d’eau sans qu’aucun des deux individus n’utilise de rames. Le ciel s’assombrissait. Du lac, ils débouchèrent sur une rivière avant de se retrouver au pied d’une colline. Ils ne semblaient pas perturbés par l’absence de bruit. L’endroit était d’un silence pesant, tout semblait mort. Les deux Dragans semblaient être les seules personnes encore vivantes dans ce monde. De partout où ils étaient allés, ils ne virent aucun arbre vivant ni aucun animal se promener.

Ils arrivèrent au sommet de la colline. Devant eux se dressait un sinistre spectacle. De la fumée s’échappait de la plupart des habitations de la ville qui se trouvaient en contrebas. Plus loin, le palais, autrefois somptueux, était ravagé par les flammes à certains endroits. Avec le sol ensanglanté, jonché de cadavres, l’endroit paraissait irréel sans aucun son pour venir troubler le silence inquiétant de cette terre de désolation.

– Je vais m’en occuper seul.

Le serviteur ne semblait pas d’accord mais il ne dit rien. Il suivait des yeux son seigneur qui descendait aisément la colline. Celui-ci arriva à l’entrée de la cité. Il entendit un bruit de crépitement et il vit un feu consumer les restes de ce qui semblait être une écurie. Il ne s’arrêta pas pour regarder ce spectacle macabre de corps mutilés de femmes, enfants et des hommes qui avaient tenté de les protéger. Il n’y avait pas que des Dragans affalés sur le sol dallé. D’autres races avaient pris part au combat mais il était difficile de savoir dans quel camp elles étaient.

Le seigneur s’avança jusqu’au portail branlant qui menaçait de s’effondrer en plein milieu du chemin. De l’autre côté, le palais avait perdu toute sa splendeur. De fines larmes coulaient sur le visage crispé de l’individu. Il continua de marcher sans hésiter. Lorsqu’il arriva près de la grille, celle-ci fit un bruit strident avant de s’effondrer sur le Dragan. Mais il tendit le bâton au-dessus de sa tête, en parallèle à la grille dont le mouvement s’arrêta puis, d’un geste souple, il décrivit un petit arc de cercle et la grille alla se poser plus loin dans un grand fracas. Un rire glacial résonna dans l’obscurité.

À l’une des fenêtres cassées du palais, une personne regardait l’avancée du seigneur. Son visage était masqué par la capuche de sa bure. Au fond de lui-même, le Dragan sentait qu’il connaissait cette personne et qu’il aurait préféré qu’il en soit autrement.

CHAPITRE 1
LE DESCENDANT D’ALKNOHR

Malok se réveilla en sursaut. Il était en nage, la respiration haletante. Ses cheveux mi-longs bruns donnaient l’impression d’avoir été trempés dans l’eau. Il s’assit fébrilement dans son lit. Il frotta ses yeux couleur noisette avant de les ouvrir en grand. La pièce était plongée dans l’obscurité. Le jeune prince se tourna vers la porte-fenêtre qui donnait sur sa petite terrasse privée. Aucun brin de lumière ne filtrait à travers l’ouverture. Des nuages masquaient les deux lunes de Terra Nova.

Le Dragan se leva de son lit. Il portait une robe de chambre blanche avec de fines broderies dorées. Il mesurait à peine plus d’un mètre vingt. Il venait de fêter son onzième anniversaire. Il ressemblait à un petit humain ou à un petit mage, à l’exception de fines taches naturelles marron qui recouvraient les tempes et une partie de son front, juste sous les cheveux comme tous ceux de son espèce. Ses tâches formaient une sorte de mosaïque élégamment dessinée.

Si physiquement les trois espèces dominantes de Terra Nova avaient peu de différences, il n’en allait pas de même en ce qui concernait leurs pouvoirs magiques. Les Mages maîtrisaient l’art de la magie tandis que les Hommes étaient dénués de pouvoirs. Par contre, les Dragans avaient certains dons mais pas au point de pouvoir rivaliser avec les Mages.

Malok franchit la porte-fenêtre. Il s’accouda à la balustrade de sa terrasse. La nuit était calme. Seul, le bruit de la cascade du jardin impérial venait perturber ce silence en composant une douce mélodie. Malgré la chaleur étouffante, le jeune prince se sentait reposé dans cet endroit, en harmonie avec la nature. Son père, Padicha V, avait laissé le soin à son fils de choisir la chambre dans laquelle il dormirait par la suite. C’était une tradition dans la famille impériale. Il avait été surpris lorsque son fils avait exigé la chambre du proscrit. Elle portait ce nom depuis que son seul et unique propriétaire avait choisi cet appartement avant d’être banni par son père pour avoir refusé de devenir empereur. Depuis, la pièce avait été laissée à l’abandon et personne ne voulait l’habiter. Malok avait visité toutes les chambres du château et il voulait voir celle-ci également. Il fut attiré par l’exposition du soleil, la terrasse et l’atmosphère qui régnait dans ce lieu.

L’empereur avait fait faire des travaux d’aménagement. Le lieu n’était plus habitable, surtout pour un prince dragan. Ce dernier avait demandé à y dormir dès le soir de son anniversaire. Les restaurateurs ne purent qu’aménager la chambre mais pas les petits appartements privés. Tout était fonctionnel mais ces autres pièces n’étaient pas dignes d’une personne aussi importante. Malok s’en accommodait très bien.

C’était sa première nuit dans sa nouvelle chambre. Il posa sa tête sur ses avant-bras et se laissa bercer par le chant de la cascade. Il essayait d’oublier ce qu’il avait vu dans son rêve étrange. Il s’était vu en vieux Dragan mais surtout, ce qui l’avait frappé le plus, c’était de voir la stèle sur laquelle flamboyait le nom de sa sœur, son aînée de deux ans. Il essaya de revoir le visage de la personne qui l’accompagnait mais aucun nom ne lui vint à l’esprit. Il ne savait pas qui elle était. Il essaya de chasser ce rêve de ses pensées. Il ne signifiait rien, juste une imagination débordante d’un jeune garçon qui rêvait d’aventures, pensa-t-il au fond de lui-même, ou alors l’appréhension pour sa première leçon d’escrime qu’il allait recevoir le lendemain. À ce souvenir, il retourna se coucher afin de ne pas être trop fatigué. Il se rendormit sans se poser plus de questions, d’un sommeil profond et sans rêves.

Le lendemain, Malok avait oublié son rêve. Il se sentait d’attaque pour l’apprentissage du maniement de l’épée. Après une brève toilette, il enfila une tenue qu’une des servantes lui avait apportée. Il portait une sorte de kimono beige avec une ceinture de la même couleur. Il la mettait pour la première fois. Elle était légère et douce, il avait presque l’impression d’être nu.

Il enfila les chausses sur mesures qui avaient été faites exprès pour lui, comme le reste de sa tenue. Elles tenaient bien son pied et il ne risquait pas de les perdre pendant l’entraînement. Vêtu ainsi, il se sentait un peu ridicule. D’habitude, il portait des vêtements qui reflétaient son statut de prince héritier du trône. Parfois, il trouvait ça un peu contraignant, surtout pendant les longs repas avec les dirigeants.

Il ouvrit la porte de sa chambre. Un soldat dragan l’attendait de l’autre côté. Il portait la tenue de l’armée régulière, de teinte marron avec une cape. La cape symbolisait sa place dans le corps militaire. Dans la société dragane, il fallait être au minimum lieutenant pour avoir le droit d’en porter une et c’était justement le grade qu’il avait. Au bout de ses manches longues, un cercle argenté représentait ce grade.

– Je suis Alkatib, votre maître d’armes, Monseigneur.

Sa voix était aussi jeune que son apparence. Malok était même surpris que sa formation à l’escrime lui ait été confiée. Il paraissait sympathique et il devait faire partie d’une bonne famille pour avoir obtenu si jeune ce grade dans l’armée. Le jeune prince examina ses traits pour voir s’il ne lui reconnaissait pas un air de famille avec un Dragan de la noblesse.

– Si vous voulez bien me suivre…

Le soldat se mit en marche. Ses longs cheveux noirs ne semblaient pas se mouvoir lorsqu’il se déplaçait. Malok le suivit dans le grand couloir éclairé d’un côté par les grandes fenêtres qui donnaient sur la cité de Florissar, la capitale. Les deux Dragans empruntèrent l’escalier à double révolution du palais impérial. Arrivé au plus bas niveau, celui de l’entrée, Alkatib emmena Malok dans une des arrières-salles. Il ouvrit une porte fermée à clef et emprunta un passage étroit qui descendait en profondeur. Des chandeliers éclairaient le chemin qui menait à une vaste salle.

Le jeune prince ressentit de suite la différence de température. La pièce était plus fraîche malgré l’éclairage. Sur chaque mur, des torches brûlaient et, au-dessus de leurs têtes, deux immenses lustres avec des bougies éclairaient le lieu. Outre les lumières, cette pièce regorgeait d’armes en tout genre, de l’épée à la hallebarde, fléau et autres objets de combat. Le sol était recouvert d’une sorte de tapis.

– C’est votre salle d’entraînement, Monseigneur. Seule la famille impériale peut s’entraîner ici.

– Je m’étais toujours demandé ce qui se cachait derrière cette porte.

Le lieutenant eut un sourire. Il enleva sa cape qu’il posa sur une table où se trouvaient diverses épées. Certaines étaient plus petites que d’autres et faites de matériaux divers. Il prit deux épées en bois d’une taille standard. Il s’approcha ensuite du jeune Dragan et lui en remit une avant de reculer de quelques pas. Il se plaça face à lui et se mit en garde.

– Il y a différentes façons de se mettre en garde. Je vous demanderai d’abord de copier mon attitude. Prenez l’épée à deux mains et mettez-la devant vous. Cela vous permettra d’avoir une bonne défense pour la plupart des attaques.

Malok avança son pied gauche et se mit en position.

– Bien. Ne vous inquiétez pas, Monseigneur. Pour aujourd’hui, je vais tester vos réflexes. Je vous apprendrai d’abord à vous défendre avant d’attaquer. La défense est parfois la meilleure attaque, surtout face à un ennemi plus fort que vous. Vous êtes prêt ?

Le prince sentit l’inquiétude monter en lui. Même si ce n’était qu’une épée en bois, un mauvais coup pouvait faire mal. Il inspira profondément.

– Puisqu’il le faut, je suis prêt.

Alkatib sourit de nouveau. Il abaissa son épée et la fit pivoter dans sa main. Il s’approcha lentement en tendant son épée vers Malok. Celui-ci recula son pied gauche et le plaça à la même hauteur que le droit. Ses mains se crispèrent sur le manche du morceau de bois. Il fixait son adversaire mais son inquiétude grandissait. Il ne savait pas comment il devait réagir, s’il devait bouger ou non. Le lieutenant avança d’un pas rapide, souple et porta une attaque d’une main en frappant horizontalement avec force. Le jeune prince para mais la violence du coup repoussa son épée contre sa poitrine et son menton. La puissance de l’impact lui fit perdre son équilibre et il se retrouva sur les fesses. Bien que secoué, il comprit que ce tapis lui avait évité de se faire plus mal encore.

– Vous avez commis une erreur en plaçant vos pieds au même niveau. Une attaque puissante peut vous faire reculer et dans ce cas, il faut qu’un seul pied bouge. Dans votre position, vous n’aviez pas le choix, ce devait être les deux. Ne jamais mettre les pieds au même niveau. Pareil pour votre épée. Ne la mettez jamais si près de votre corps : si ç’avaient été deux vraies épées, vous seriez mal en point. Vous ne la teniez pas comme il fallait. Vous ne vous êtes pas préparé à subir une attaque en force.

Malok se releva en remettant sa chemise sous sa ceinture. Il faisait la tête des mauvais jours. L’entraînement commençait déjà à ne plus lui plaire. Il ramassa son épée et se mit en garde en plaçant son pied gauche devant. Alkatib fonça sur lui en menaçant d’attaquer en diagonale par le haut, visant l’épaule gauche. Le jeune prince mit son épée en opposition, prête à parer mais le lieutenant feinta avant d’attaquer sa jambe droite. Il prit un coup en plein dans la cuisse. Une de ses mains lâcha son épée pour se masser la jambe mais son instructeur n’en avait pas terminé avec son attaque. Il frappa du plat de l’épée son bras gauche avant de le contourner et de taper au niveau des mollets pour faire tomber son adversaire.

Malok était furieux. Son visage exprimait nettement la colère. Il croisa ses bras en jetant un regard noir à son maître d’armes.

– Allez ! En garde, Monseigneur ! ordonna Alkatib.

– L’entraînement est terminé, lâcha sèchement le jeune prince.

Le lieutenant éclata de rire en regardant son jeune élève.

– C’est votre première leçon mais vous devez apprendre qu’un combat n’est jamais terminé quand on le décide, seulement lorsque l’on y met fin. Tant que vous n’êtes pas mort ou que vous n’avez pas tué votre ennemi, vous devez combattre.

– Je n’ai pas d’ennemis et je suis prince héritier du trône, je n’ai pas besoin de savoir me battre.

– Seriez-vous lâche, Monseigneur ? demanda Alkatib d’un ton railleur.

– Comment osez-vous ? rugit Malok. Je vous ferais donner cent coups de fouet !

Le maître d’armes se mit à rire de nouveau. Le jeune prince lui lança de nouveau un regard noir avant de regarder en face de lui, d’un air boudeur.

– C’est votre père qui a demandé à ce que vous soyez formé au combat. Je ne fais que lui obéir et peu importe la méthode. Maintenant, relevez-vous et recommençons la leçon.

– Non. Je veux un autre maître d’armes !

– Je vois que sa seigneurie est capricieuse, se moqua le lieutenant. Si elle croit que parce qu’elle est fils d’empereur et parce que le monde est en paix depuis quinze ans, qu’elle est en sécurité, elle se trompe.

– Cela ne sert à rien que vous gaspilliez votre salive, je n’entends plus rien. Sortez maintenant !

Alkatib fit une révérence ironique.

– Bien, Votre Altesse. Qu’elle ne se froisse pas trop lorsqu’elle aura un maître d’armes plus vieux et plus sévère que moi. C’est elle qui a voulu changer.

Il se retourna et commença à marcher en direction de la sortie. Malok réfléchissait à toute vitesse. Après tout, ce maître d’armes était sympathique même si son côté moqueur ne lui plaisait pas trop lorsque ça le concernait. Il en avait vu d’autres plus vieux qui semblaient plus sévères. Aucun ne serait à son écoute, tandis qu’il pourrait peut-être manœuvrer celui-ci.

– Attendez !

Un petit sourire effleura le visage du lieutenant dragan.

– Je veux bien vous laisser une deuxième chance. Mais tâchez d’être moins brutal au niveau des attaques. Je ne me suis jamais battu à l’épée auparavant, moi !

– Très bien. En garde !

Sur ces mots, Alkatib se retourna et fonça sur Malok encore au sol. Il eut tout juste le temps de prendre son épée et de rouler sur lui-même pour éviter l’attaque. Il n’eut pas l’occasion de sortir une exclamation de surprise mêlée à la colère que le maître d’armes était déjà sur lui. Il réussit à parer le coup en mettant sa lame en opposition. Son adversaire utilisa sa force pour le faire plier et il peina à tenir. Il finit par plonger sur le côté et évita la lame de justesse. Le lieutenant dragan tenta une attaque horizontale, obligeant son élève à sauter par-dessus l’épée pour ne pas recevoir le coup.

– C’est mieux, constata-t-il. Mais vous mettez trop de temps pour vous préparer à défendre. Une attaque plus rapide de ma part et dans un combat réel vous êtes mort.

Le jeune prince était enfin debout. Il se mit en garde, son épée pointée vers Alkatib. Celui-ci avança lentement. Il fit mine d’attaquer dans les jambes pour ensuite frapper en pleine poitrine avec la pointe. Malok mit son bras en opposition, il était tombé dans la feinte. Sous la violence du coup, il lâcha l’épée et s’effondra sur ses genoux en poussant un petit cri. Le maître d’armes poussa un soupir.

– Qu’est-ce qui vous arrive ?

– Vous m’avez fait mal !

– Vous n’avez pas su vous défendre correctement sinon vous n’auriez pas mal. Et sachez que dans un vrai combat, votre adversaire en profiterait pour vous achever. Il ne s’arrêterait pas.

Une tâche rouge se forma sur la tunique à l’endroit du coup porté par Alkatib. Malok pleura à cette vision. Le lieutenant dragan s’approcha pour constater la blessure. Il dégrafa un peu le haut pour voir une petite coupure.

– Ce n’est rien du tout. Ça ne vous empêchera pas de continuer la leçon d’aujourd’hui.

– On voit que ce n’est pas vous qui avez pris le coup. Et puis, si ça s’infecte, on devra me couper le bras, dit le jeune prince d’une voix chevrotante.

– Ça se cicatrisera vite.

– Qu’est-ce que vous en savez ? Vous êtes guérisseur ? Je ne sens déjà plus mes doigts.

– Mais ce n’est qu’une petite coupure de rien du tout.

– Je ne peux plus tenir mon épée, je n’en ai plus la force. Je risque de perdre mon bras si on ne fait rien.

Le maître d’armes leva les yeux au ciel, il semblait exaspéré. Il finit par pousser un soupir avant de regarder son élève.

– Très bien. Je vous ramène à votre chambre où un guérisseur viendra vous soigner.

Le jeune prince était assis sur son lit à baldaquin avec des tentures couleur crème et de fines broderies, qui semblait un peu perdu dans l’espace de la pièce. Seul, le bureau occupait le centre de la chambre. Une armoire, contre un mur, paraissait perdue au milieu de celui-ci. Ces deux meubles étaient neufs et faits en chêne. Le lit, quant à lui, était beaucoup plus ancien et fait en merisier. Le blason gravé était différent du sceau impérial. Sur les quatre murs de marbre, le symbole impérial dragan était le même : un dragon noir de profil avec un œil rouge, crachant des flammes de la même couleur. Le symbole impérial ne comportait pas ses deux éléments en rouge. Seuls, les deux nouveaux meubles arboraient ce symbole.

Malok contemplait les murs de marbre avec les dorures et les deux portes en bois blanc sculptées avec le blason ancien. Le guérisseur soignait son bras gauche pendant ce temps. Il mit un bandage sur la petite coupure. Le Dragan était vieux, même ses tâches naturelles semblaient grisonner comme ses cheveux.

La porte s’ouvrit pour laisser entrer Andalys. Elle courut s’asseoir à côté de son frère qui sourit en la voyant. Elle était un peu plus grande que lui et avait des cheveux blonds bouclés magnifiques. Malok disait d’ordinaire qu’elle était coiffée en cascade, comparant ses cheveux ondulés à l’eau qui tombe d’une cascade.

– Le grand guerrier vient de recevoir sa première blessure de guerre, railla Andalys.

– Ça m’a fait mal, bougonna son frère.

– Pauvre petit chou ! Est-ce là tout le courage du descendant d’Alknohr ?

Il jeta un regard noir à sa sœur aînée. Elle se mit à rire avant de l’embrasser sur la joue.

– Je sais qu’il y a de la vaillance dans le cœur de mon prince préféré.

– Continue de te moquer !

Le guérisseur termina ses soins. Il se leva et s’inclina avec respect avant de quitter la chambre. Les deux héritiers le regardèrent partir.

– Pas très loquace celui-là, remarqua Malok.

– Sans doute parce qu’il en a marre qu’on fasse appel à lui à chaque fois que le futur empereur a un petit bobo… !

– Tu vas arrêter de te moquer. Tu ne sais pas ce que c’est qu’un entraînement à l’épée. C’est dangereux !

Elle éclata d’un rire sonore qui envahit toute la pièce. Le jeune prince croisa de nouveau les bras et il se mit à bouder. Sa sœur était amusée de lui voir cette mimique à chaque fois qu’elle le titillait un peu. Elle lui ébouriffa ses cheveux avec une main et il se mit à grogner. Il détestait ça lorsqu’elle le faisait. La princesse, par contre, aimait beaucoup ce geste, surtout lorsque son petit frère était dans cet état-là. Elle trouvait que c’était beaucoup plus amusant. Ses yeux se posèrent sur le blason de la chambre. Son expression changea.

– Il fait beau dehors. Si on allait à la cascade ?

Malok se tourna vers sa sœur. Il la regarda et se mit à sourire.

– Tu n’aimes pas ma chambre ? fit-il avec amusement.

– Je ne comprendrai jamais pourquoi tu l’as choisi. Il y en avait d’autres beaucoup mieux.

– Je croyais que tu aimais les défis ?

– Dormir dans la chambre du proscrit n’est pas un défi. Tu oublies la malédiction du père. Voir le blason du prince héritier, ça me rend mal à l’aise. Le proscrit a été le dernier héritier à le porter. Il restera à jamais considéré comme son blason, celui du maudit. À chaque fois que je le vois, il me met mal à l’aise. Comme s’il avait été ensorcelé. L’atmosphère de cette chambre est lourde.

Un voile sombre passa sur le regard de Malok. Andalys le remarqua. Elle posa une main sur l’épaule de son petit frère. Celui-ci détourna son visage.

– Qu’est-ce qui se passe ?

– Tu crois réellement en la malédiction ? demanda-t-il avec inquiétude.

– Bon nombre de Dragans ont atteint un pouvoir magique que nous ignorons et qu’ils n’ont jamais transmis. Il se pourrait que la légende soit vraie. Pourquoi ?

– J’ai fait un rêve étrange cette nuit. Mais ça doit être cette stupide légende qui a dû me travailler sans que je m’en rende compte.

Quelqu’un frappa à la porte. Andalys et Malok se regardèrent avec inquiétude avant d’éclater de rire.

– Entrez.

Alkatib franchit la porte en la laissant ouverte. Il s’inclina avec politesse.

– Je vois que vous allez mieux, Monseigneur, dit le lieutenant avec un sourire. J’étais venu aux nouvelles.

– Vous êtes surtout venu me dire que je suis apte à reprendre l’entraînement.

– Exactement, vous êtes très perspicace. Demain matin, même heure, je viendrai vous chercher. Bonne journée, mon prince et ma princesse.

Il s’inclina une nouvelle fois.

– Pourquoi est-ce vous, mon maître d’armes ? Je m’attendais à quelqu’un de la Garde Impériale.

– C’est une décision de mon père, approuvée par l’Empereur. Au départ, ce devait être mon frère, membre de la Garde Impériale, qui devait vous former mais il est souvent en mission. Donc, cette tâche m’est dévolue.

– Qui est votre père ? demanda Andalys.

– Le conseiller et général de la Garde Impériale de votre père, princesse.

– Ak’Baral est votre père, acheva-t-elle.

– Oui, Madame. Ce sera tout ?

Les deux jeunes hochèrent de la tête. Le lieutenant s’inclina de nouveau et il quitta la pièce en refermant la porte derrière lui. Les deux héritiers se regardèrent et ils se mirent à sourire.

– Alors, on y va ou pas ? demanda la jeune princesse.

– Le dernier qui arrive en bas n’est pas digne du trône, lâcha Malok avant de se lever d’un bond et de courir vers la porte.

Andalys le suivit. Son frère perdit du temps à ouvrir la porte et sa sœur en profita pour revenir un peu à sa hauteur. Ils coururent dans le couloir à toute vitesse, bousculant un garde et deux serviteurs au passage. La jeune princesse faisait des foulées plus grandes et arriva au même niveau que lui dans l’escalier principal du palais. Elle sauta quelques marches de temps en temps tandis que son petit frère faisait attention de ne pas tomber en descendant le plus vite possible. Ils arrivèrent dans le hall du palais, elle contourna l’escalier à double révolution et passa devant la deuxième entrée, qui se trouvait face à l’immense porte-fenêtre donnant sur les jardins du palais impérial.

Andalys avait déjà pris pas mal d’avance. Malok essaya de la rattraper sur l’allée principale en gravier. De chaque côté, il y avait des carrés de pelouse avec des fleurs. Parfois, à la place des fleurs, on découvrait une fontaine ou une sorte de petit lac aménagé. Sur l’allée principale, trois de ces petites fontaines avaient été aménagées. À la première, la princesse tourna sur sa droite. Elle courut jusqu’à la rivière. Une allée la longeait et Andalys suivit le cours de l’eau. Son frère perdait du terrain. Ils coururent jusqu’à arriver à une bifurcation. Le chemin se séparait en deux. L’un les emmenait en contrebas à travers les bois, l’autre longeait la rivière jusqu’au premier point de chute. Ce fut celui que les deux jeunes Dragans empruntèrent.

La sœur aînée arriva au bout du chemin et se retourna avec un sourire triomphant.

– J’ai gagné !

Malok arriva en croisant les bras et le visage boudeur.

– Ce n’est pas juste. T’as triché.

– Menteur ! Tu as perdu parce que t’es tout petit.

Elle lui tira la langue. Son frère haussa les épaules et regarda en l’air. Il faisait comme s’il l’ignorait. La sœur s’approcha de lui et sourit lorsque le prince lui tourna le dos. Elle lui ébouriffa de nouveau les cheveux et il se mit à grogner comme seule réponse.

– Allez, ne fais pas ta mauvaise tête. Un jour, c’est moi qui prendrai du retard à la course. Je profite encore un peu de pouvoir te battre.

Elle s’approcha de la cascade. Elle s’assit sur une pierre d’où elle pouvait avoir la vue sur le point de chute. À cet endroit, les arbres masquaient la rivière et la chute d’eau. Après quelques minutes, Malok vint s’asseoir à côté d’elle. Elle le prit par les épaules et lui fit une bise sur la joue. Celui-ci arrêta de bouder et sourit. Il lui rendit son bisou.

– Ah ben quand même ! s’exclama la jeune Dragane. Je me demandais si j’allais enfin y avoir droit.

Il sourit sans rien répondre. Andalys fixa l’eau qui tombait de la cascade et eut un petit rire. Son frère se tourna vers elle avec un sourcil relevé, d’un air interrogateur.

– Tu te souviens du jour où nous nous sommes retrouvés dans la cascade avec nos vêtements de cérémonie ?

– Tu parles que je m’en souviens. J’ai reçu une gifle de notre père, fit-il se massant la joue machinalement.

– Comme si moi je n’avais rien reçu ! C’est vrai qu’il était en colère, ce soir-là. Mais en tout cas, on s’était bien amusé. Et pour ce qui est de la gifle, tu l’avais bien mérité. C’était par ta faute si on était tombé dedans.

– C’est vrai.

Il se mit à rire en y repensant. Il avait fait tomber sa sœur avec lui et ils s’étaient amusés ensuite à descendre toutes les chutes. Étrangement, leur père et leur mère n’avaient pas trouvé ça si drôle. Malok et Andalys les soupçonnaient de manquer d’humour.

Lorsque vint le soir, les deux héritiers dînèrent avec leur père et leur mère dans une petite salle aménagée à cet effet. Ils étaient l’un des rares peuples à bénéficier de ce qu’ils appelaient une salle à manger. Généralement, les nobles se restauraient dans leurs chambres ou dans leurs bureaux. C’était une particularité propre aux Dragans. Comme le fait que la famille impériale se réunissait à chaque repas. Deux serviteurs se tenaient près de la porte et attendaient les ordres éventuels.

L’empereur était assis à un bout de table, sa femme à l’autre bout. Les deux héritiers étaient l’un en face de l’autre. Ils souriaient dès qu’ils se regardaient. Leur père finit de manger son ragoût lorsqu’il regarda ses enfants avec exaspération. Il regarda Malok d’un regard plein de griefs. Son fils avait les mêmes yeux que lui.

– Je ne suis pas fier de toi. Ta conduite lors de ta première leçon est tout à fait inacceptable. N’oublie jamais que tu es le futur empereur de ce peuple. Tu dois te montrer courageux.

Le fils perdit son sourire. Il posa sa fourchette en se tournant vers son père. Il connaissait ce regard, celui-là même que le jour de la cascade lorsqu’il était revenu trempé jusqu’aux os avec sa sœur.

– Je ne suis pas sûr qu’apprendre à me battre soit utile.

– Ne discute pas mes ordres !

Malok croisa ses bras et regarda droit devant lui en boudant. Andalys eut un petit rire en le voyant faire. Son père la fixa avant de reprendre la parole.

– Quand vas-tu te conduire comme une vraie princesse d’Efira ?

La jeune fille perdit son sourire. Landorie, leur mère, qui portait encore le titre de princesse d’Efira, regardait hagard son époux. Elle semblait ne pas comprendre l’attitude du père de ses enfants. Visiblement, elle se retenait de dire quoi que ce soit à ce sujet tandis qu’Andalys jetait un regard noir à son père.

– À partir de ce soir, les choses vont changer pour vous deux. Désormais, il vous sera interdit de parler à table…

– Quoi ? s’exclamèrent le frère et la sœur en même temps.

– J’ai dit que vous ne deviez plus parler pendant les repas sauf si on vous y autorise, fit Padicha en haussant le ton. Il est temps de vous discipliner. Vous serez bientôt les représentants du pouvoir impérial et il est hors de question que vos attitudes nous ridiculisent aux yeux du monde.

– Ce n’est pas juste !

– Malok ! gronda le père en foudroyant du regard le jeune prince qui se remit à bouder. Puisque vous le prenez comme ça, je vais même aller encore plus loin. Je trouve que l’un envers l’autre, vous avez une mauvaise influence. À deux, vous êtes très inventifs pour faire des bêtises, non pour faire vos devoirs. Désormais, cela va changer.

Le fils boudait toujours tandis que la sœur lançait un regard inquiet vers son père. Elle jeta un bref coup d’œil à sa mère qui écoutait attentivement son époux, se demandant sûrement où il voulait en venir.

– Je vais commencer par Andalys. Dès demain, tu vas recevoir des cours pour ton éducation. Je veux que tu te comportes comme une vraie princesse et non comme une simple Dragane sans titre. Tu vas bientôt entrer dans la société et il faudra que tu saches te comporter dignement. De plus, ton titre de princesse d’Efira, que tu tiens de ta mère, va te demander encore plus de discipline. Tu devras faire honneur à ta lignée.

Elle poussa un soupir en donnant l’impression qu’elle portait le poids du monde sur ses épaules. Sa mère la regarda tendrement tandis que son père semblait amusé par la réaction de sa fille. Quant à Malok, il s’inquiétait de plus en plus. Vu le traitement infligé pour sa sœur, il risquait lui aussi de ne pas être à la fête.

– Malok, reprit l’empereur, tu vas continuer tes leçons avec Alkatib. Ensuite, tu déjeuneras avec ton précepteur qui t’enseignera l’après-midi l’histoire de notre peuple et bien d’autres choses jusqu’au souper.

– Mais… je n’aurais plus le temps de m’amuser !

– Tu as onze ans. Tu as des responsabilités en tant que prince héritier du trône impérial.

– Mais si je n’ai pas le droit de parler à Andalys pendant les repas, on aura plus que le soir pour se voir.

– Non plus. Après mangé, vous irez chacun dans vos appartements sans vous dire un mot. Vous ne vous verrez qu’aux repas du soir, c’est tout.

– Mais père ! s’exclama Andalys visiblement très émue par la nouvelle. Ça veut dire qu’avec Malok on ne s’échangera même pas un seul mot dans la journée ?

– Exactement.

Le ton sec de Padicha ne laissait la place à aucune autre remarque. Le frère et la sœur se regardaient. Ils étaient désespérés. Depuis près de neuf ans, ils étaient devenus inséparables. Ils traînaient toujours ensemble et, à partir de ce soir, leurs chemins se séparaient par la volonté de leur père. Malok avait envie de pleurer. Il avait des larmes plein les yeux, prêtes à couler. Padicha le remarqua.

– Un peu de tenue. Un futur empereur ne pleure pas. Allons, sors, dit-il exaspéré lorsqu’il vit une larme couler sur la joue de son fils. Il va falloir t’endurcir.

Le fils quitta la table, un serviteur sortit avec lui pour l’accompagner jusqu’à ses appartements. Andalys se tourna vers sa mère avec un regard lourd de reproches.

– Mère, ne le laissez pas faire, je vous en prie.

Landorie était devenue très pâle. Elle lui sourit timidement mais elle ne dit pas un mot. Sa fille poussa de nouveau un soupir. Elle se leva de sa chaise, visiblement en colère.

– Puis,-je avoir la permission de sortir de table ?

– Non, répondit calmement l’empereur. Assieds-toi.

Elle était contrariée. Elle regarda tour à tour la porte et son père. Elle hésitait entre partir ou obéir. Le regard implacable de Padicha la dissuada de quitter la pièce. Elle finit par reprendre sa place.

– Tu dois comprendre que je fais ça dans votre intérêt à tous les deux.

Andalys venait de croiser ses bras et prendre la même position que son frère lorsqu’il boudait. L’empereur secoua sa tête avec exaspération.

– Un jour, vous finirez par comprendre que j’ai raison. Vous avez chacun des devoirs à remplir du fait de votre lignage. Vous ne pouvez pas vous y dérober. D’ici trois ans maximum, tu vas devoir participer aux soirées et aux réceptions de la haute société dragane. Il va falloir que tu cesses tes caprices de petite fille et de rester constamment en compagnie de ton jeune frère. Il faut que tu acceptes de fréquenter d’autres personnes.

– À quoi cela me servira-t-il ? demanda-t-elle en jetant un regard noir à la chaise vide de Malok en face d’elle.

– À nouer des liens d’amitié avec les grandes familles de l’empire et à te trouver un époux.

– Quoi ? Me marier ?

Sa voix s’étrangla sur le dernier mot. Sa mère fut amusée de voir la réaction de sa fille. Andalys était une jeune fille très indépendante malgré son lien avec son frère, mais jamais elle n’avait pensé qu’il lui faudrait un jour s’accommoder d’un Dragan autre que lui pour le restant de sa vie. Son père poussa un long soupir.

– Pourquoi faut-il toujours que tu contestes ?

– Sans doute parce que je suis une princesse d’Efira, ironisa sa fille.

– Ma question n’appelait pas de réponse. Je t’ai assez vu, file.

Elle se leva la tête haute en quittant la pièce, suivi du deuxième serviteur. Landorie regarda Padicha lorsque la porte se ferma derrière eux.

– Pourquoi tout ça ?

– Je l’ai dit. Je veux qu’ils se montrent dignes de leur héritage.

– Ils ont le temps, répondit avec douceur sa femme. Ce ne sont encore que des enfants. Laisse-les s’amuser encore un peu.

– L’heure n’est plus à l’amusement. Ils ont des responsabilités et il est temps qu’ils le comprennent.

Sur ces mots, l’empereur se leva et il quitta la salle à manger. Landorie resta assise pendant quelques minutes à méditer sur ce repas avant de s’en aller.

—–

Si vous souhaitez en lire plus, vous pouvez acheter le livre sur :
– le site de la maison d’édition : http://dedicaces.biz/2014/08/26/lepee-dalknohr-par-dimitri-chiabaut/
– amazon : http://www.amazon.fr/L%C3%89p%C3%A9e-dAlknohr-Dimitri-Chiabaut/dp/1770764119/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1414867401&sr=8-1&keywords=l%27%C3%A9p%C3%A9e+d%27alknohr
–  la fnac en version ebook : http://www4.fnac.com/livre-numerique/a7671986/Dimitri-Chiabaut-L-Epee-d-Alknohr#FORMAT=ePub
et sur bien d’autres sites (priceminister etc…)

Venez nous rejoindre sur la page facebook du livre : https://www.facebook.com/maitresdudestin

Les personnages autour de la quête de l’épée

L’histoire s’articule autour de Malok, le personnage principal du livre, accompagné par son maître Marvalat. Au cours du récit, d’autres personnages vont se joindre à eux dans la quête de l’Épée d’Alknohr. Cet article ne parlera que de ceux qui sont liés à l’intrigue principale.

Malok est un jeune dragan âgé de vingt-et-un an lors du début de la quête (le livre commence à ses onze ans et décrit les grandes étapes de sa vie jusqu’à l’âge où commence l’aventure). Il est le fils de l’Empereur Padicha et de Landorie. Dès l’âge de onze ans, il part sur les routes avec Marvalat, un maître mage où il apprend à maîtriser son potentiel magique et à le développer. Hypocondriaque, râleur et avec un côté légèrement boudeur, l’aventure ne lui fait pas peur tant qu’il est aux côtés de son maître et il aimerait que cela dure toute sa vie. Il est très attaché à sa sœur Andalys et la quitte toujours à regret. Il apprécie beaucoup Eléonore, une apprentie prêtresse de son âge, qui comme lui, voyage beaucoup et ne voit pas souvent sa famille.

Marvalat est le Guide du peuple mage. Il fait partie de l’Ordre des Sages avec lesquels il peut communiquer à distance. Il préfère passer son temps sur les routes à former son nouvel apprenti plutôt qu’à rester à Iolendra. Être immortel, il vit depuis plusieurs siècles et a connu bien des époques sombres dont il préfère souvent garder le silence. Formateur exigeant mais bienveillant, il apprécie beaucoup son apprenti pour qui, il a dû discuter avec l’Ordre des Sages pour leur faire accepter l’idée qu’un non mage soit initié à leur savoir. Il laisse Malok faire son choix, même s’il estime que celui-ci devrait devenir empereur après son père.

Eléonore est une jeune dragane du même âge que Malok. Elle est l’apprentie de Maïchane, la Grande Prêtresse, des personnes capables d’utiliser leurs dons magiques et de s’en servir pour les mettre au service de la communauté. Comme Malok, elle a dû quitter sa famille très jeune et parcourir les routes avec sa formatrice. Elle accepte les règles strictes de sa nouvelle vie, même si parfois elle les trouve contraignante. Elle apprécie beaucoup Malok, se retrouvant dans son parcours.

Maïchane, la Grande Prêtresse du Temple, est une dragane âgée qui s’occupe de la formation d’Eléonore. Elle a choisi son élève à cause de ses capacités et elle est satisfaite des progrès que celle-ci fait. Tout comme Marvalat, elle préfère être sur les routes et former son apprentie au cours de ses voyages. Elle apprécie le Mage qu’elle côtoie régulièrement lors de missions d’entraide aux divers peuples. Bien qu’elle respecte Malok parce qu’elle le considère comme le futur empereur, elle s’en méfie également à cause d’Eléonore qu’elle cherche à protéger ainsi qu’à respecter les règles.

L’Ombre Noire est un espion dragan, au service de l’Empereur Padicha. Il se retrouve mêlé à l’affaire de l’Épée d’Alknohr. C’est un être mystérieux qui parle rarement de son passé, aussi discret que sa profession. Il est considéré comme le meilleur espion de son peuple.

Algo est un mercenaire appartenant à la race des Hommes. Il travaille de temps en temps au service de Marvalat lorsque celui-ci en a besoin. Il apprécie ce qu’il fait mais il a de nombreux ennemis à cause de sa profession. Sa prudence le pousse à ne négliger aucun détail et à connaître un grand nombre de personnes, dont l’Ombre Noire.

Andalys est l’aînée de Malok de deux ans. Elle est la princesse d’Efira, un titre qu’elle tient de sa mère. Très attachée à son petit frère, elle l’encourage cependant à poursuivre la voie qu’il aimerait choisir et dans lequel il s’épanouirait sans convoiter le trône auquel elle peut légitimement accéder.

Alknohr est l’ancêtre de Malok, le premier empereur des Dragans depuis l’unification et le propriétaire d’une épée magique. Longtemps sa mort cachait la vérité : Alknohr avait quitté l’Empire avec son épée et personne ne retrouva sa trace, pas même Marvalat.

Elvir, l’un des descendants d’Alknohr, bien avant la naissance de Malok, a été banni par son père pour avoir refusé le trône. Il a voué sa vie à la recherche de la vérité concernant son ancêtre et a laissé des indications pour le prochain descendant d’Alknohr qui découvrirait la vérité.

N’hésitez pas à rejoindre la page facebook du livre pour vous tenir au courant de l’actualité le concernant et/ou de vous abonner au blog.

Extrait L’Épée d’Alknohr

À l’occasion de l’événement « les auteurs SFFFH francophones ont du talent », voici un extrait du roman à lire jusqu’au 1er décembre. Bonne lecture !

L’événement étant terminé, cet extrait n’est plus disponible pour le moment.

—–

Si vous souhaitez en lire plus, vous pouvez acheter le livre sur :
– le site de la maison d’édition : http://dedicaces.biz/2014/08/26/lepee-dalknohr-par-dimitri-chiabaut/
– amazon : http://www.amazon.fr/L%C3%89p%C3%A9e-dAlknohr-Dimitri-Chiabaut/dp/1770764119/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1414867401&sr=8-1&keywords=l%27%C3%A9p%C3%A9e+d%27alknohr
–  la fnac en version ebook : http://www4.fnac.com/livre-numerique/a7671986/Dimitri-Chiabaut-L-Epee-d-Alknohr#FORMAT=ePub
et sur bien d’autres sites (priceminister etc…)

epee

Venez nous rejoindre sur la page facebook du livre : https://www.facebook.com/maitresdudestin

À propos de Terra Nova

Terra Nova est un des cinq continents imaginés par l’auteur et le lieu où se déroule l’action de L’Épée d’Alknohr. Sur ce bout de terre bordé d’eau, cohabitent treize peuples qui vivent en paix depuis vingt-cinq ans, une première dans leur histoire commune.

Les treize peuples : les Dragans, les Mages, les Hommes, les Gamalliens, les Xenox, les Furis, les Varans, les Nains, les Elfes, les Goliaths, les Prétiens, les Utopians et les Argorus. Certains ont des ressemblances physiques mais toutes sont différentes. Par exemple, les Dragans ont des pouvoirs magiques mais moindres que les Mages et ils ressemblent aux Hommes. Leur différence majeure, en dehors de leurs pouvoirs, ce sont les tâches de couleur qu’ils ont sur les tempes.

L’histoire se concentre sur Malok, le prince héritier du trône impérial dragan, qui est l’élève du Mage Marvalat. Chaque année, ils partent sur les routes de Terra Nova pendant la formation du prince. Sauf que cette fois-ci, ils poursuivent la quête de l’épée magique qu’aurait possédé Alknohr, le premier empereur dragan. D’autres convoitent cet objet afin de l’utiliser dans un sombre dessein.

Au travers du récit, le lecteur découvrira en partie l’histoire du monde, les us et coutumes des peuples que le maître et l’élève rencontreront durant leur voyage, sur les pas d’Elvir, un prince dragan ayant vécu plusieurs siècles avant Malok. Alknohr, leur ancêtre commun, est connu comme l’unificateur de l’Empire Dragan. Tout comme l’épée, Malok découvrira que l’histoire et/ou le mythe sont bien différents de la réalité.

Pour ceux qui n’auraient pas encore lu le livre et qui souhaiteraient en découvrir plus, à partir du 1er novembre, un long extrait sera publié sur ce blog dans le cadre de l’événement « Les auteurs de SFFFH francophones ont du talent ! » (cf article précédent à ce sujet)

Je n’avais pas encore fait d’annonce sur ce blog mais le livre a sa page officielle facebook : https://www.facebook.com/maitresdudestin
N’hésitez pas à aimer et à faire tourner !